Ving-deux millions de dollars de la BM pour la pêche en Mauritanie et en Guinée

Index 173

Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé lundi un financement d’un montant total de 22 millions de dollars en vue de renforcer la gestion, la gouvernance et le traitement de la pêche en Mauritanie et en Guinée, annonce un communiqué de cette institution financière internationale parvenu mercredi à APA.

‘’Le financement destiné à ces deux pays est un volet du Programme régional des pêches en Afrique de l’Ouest (PRAO), qui consiste en une série d’opérations portant sur neuf pays et comportant plusieurs phases », ajoute cette source.

La Banque mondiale a approuvé ce programme en 2009 afin de garantir le maintien à un niveau optimal de la productivité des ressources halieutiques en Afrique de l’Ouest.

Les autres pays bénéficiant de projets en cours d’exécution dans le cadre de ce programme sont le Cap-Vert, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Libéria, le Sénégal et la Sierra Leone.

‘’La pêche est un facteur clé de la sécurité alimentaire, de la nutrition et de la création d’emplois en Guinée et en Mauritanie, qui sont deux des pays les plus pauvres et les plus vulnérables au monde », a indiqué Colin Bruce, directeur chargé de l’intégration régionale pour la Région Afrique de la Banque mondiale.

Selon lui, les poissons et les produits de la pêche représentent en moyenne 17,9 % de l’apport en protéines animales.

Les estimations du Groupe de la Banque mondiale indiquent que l’amélioration de la gouvernance de la pêche et de la gestion des ressources halieutiques pourrait engendrer des bénéfices durables d’au moins deux milliards de dollars supplémentaires par an.

‘’En promouvant une pratique durable de la pêche, note M. Bruce, en intégrant les petits acteurs du secteur à de nouvelles chaînes de valeur et en améliorant la coopération régionale sur des ressources communes, on agira en faveur des populations pauvres et vulnérables qui dépendent de la pêche et on contribuera ainsi à la sortie de crise et au redressement post-Ebola ».

Au niveau de la Banque, on avance que les populations côtières de la Mauritanie et de la Guinée sont confrontées à de multiples difficultés : croissance économique trop faible, faim et pauvreté mais aussi vulnérabilité face aux effets du changement climatique.

La crise Ebola, qui frappe la Guinée depuis décembre 2013, a entraîné la fermeture des frontières terrestres du pays, perturbé les transports aériens et épuisé les ressources de l’État.

Source: APA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×