Violents heurts entre les forces de l'ordre et des militants de l'opposition

image-13.jpg

Des heurts ont opposé, ce jeudi 2 mai, à Conakry, les forces de l'ordre et des militants de l'opposition. Des dizaines de personnes ont été blessées dans les deux camps. Les manifestants demandent notamment des élections législatives libres et transparentes. La date du scrutin a été fixée par le président Alpha Condé au 30 juin, ce que l'opposition conteste.

Des affrontements rarement vus en Guinée ont éclaté entre des milliers de manifestants et les forces de l’ordre qui ont fait usage de tous les moyens conventionnels pour empêcher la progression du cortège de l‘opposition. Des gaz lacrymogènes, des canons à eau chaude, selon des manifestants, des matraques et même des coups de poing ont eu raison de la détermination des manifestants.

Vu l’intensité des affrontements et la tournure des événements, les chefs de l’opposition ont pris la sage décision de rebrousser chemin au grand dam de leurs partisans qui tenaient à en découdre avec les forces de l’ordre.

Au sortir de cette grosse bagarre, on a enregistré des dizaines de blessés dans les deux camps et un véhicule de la police incendié. En réaction, l’opposition, elle, se frotte les mains. L’un d’entre eux a expliqué à RFI : « Nous avons réussi notre manifestation, qui consiste à attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation explosive que traverse notre pays, mais aussi à paralyser la capitale. »

L'opposition a dénoncé la « dictature » du président Condé qui veut organiser une « mascarade électorale » le 30 juin prochain. Elle dénonce la complicité entre la commission électorale nationale indépendante, l'opérateur technique chargé de la révision du fichier électorale WayMark et le gouvernement guinéen.

Pour sa part, le porte-parole du gouvernement, le ministre Damantang Albert Camara, s’était déclaré inquiet de la décision de l’opposition de ne pas respecter l’itinéraire décidé par les autorités.

L’opposition, qui tentait à tenir un meeting improvisé sur une place publique, a été empêchée par les forces de l’ordre.

Source: RFI

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site