La CENI signe le contrat de dédoublonnage du fichier électoral

imagesca5dqy3d.jpg

Mardi 14 mai, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Bakary Fofana a reçu en audience M. Jean-Claude Louis, vice-président de Zetes pour la signature du contrat de dédoublonnage du fichier électoral. C’est le Directeur des opérations de la CENI, M. Yaya Kane qui a introduit cette délégation.

Le Président de la CENI, Bakary Fofana, a remercié son hôte pour son engagement à aider son institution à honorer sa promesse, celle d’organiser des élections propres et transparentes. Il a également félicité M. Jean-Claude Louis pour son déplacement afin d’affiner le travail et signer le contrat entre la CENI et la société Zetes. M. Jean-Claude Louis a, pour sa part, remercié le président de la CENI pour l’accueil qui lui a été réservé et la confiance placée en sa société. « Nous avons pour mission d’analyser le fichier électoral existant qui avait été constitué par la Sagem avec l’ensemble des données biométriques de la population des électeurs de la Guinée. Nous sommes occupés déjà à revalider ce dossier afin de nous assurer qu’il n’y a pas de double enregistrement dans le fichier. On va le fiabiliser. Par rapport à ce fichier, nous allons traiter les informations des nouveaux électeurs. Ceux qui ne sont pas présents dans ce fichier et qui se sont inscrits massivement au cours de ces derniers jours et encore aujourd’hui. Nous allons utiliser les informations biométriques que vont nous communiquer Waymark et Sabari pour pouvoir nous assurer que dans les nouveaux inscrits, il n’y a pas de double inscrit par rapport au fichier initial. On va créer un fichier global qui reprend l’ensemble des électeurs et on fera une mise à jour de ce fichier électoral sur le plan biométrique », a-t-il indiqué. Le vice président de Zetes a rassuré qu’ils n’ont pas accès aux informations personnelles. « Nous disposons uniquement des données biométriques, c’est-à-dire des informations qui nous permettent de reconnaître une empreinte digitale. A partir de cette information digitale, il est impossible de remonter vers un individu. J’ai une empreinte, je ne peux pas savoir à qui elle appartient. Je n’ai pas accès aux noms, aux prénoms, à la date de naissance, aux sexes, à la région d’origine, au lieu de résidence. Je n’ai aucun accès à ces informations. Je vais donner à la CENI, un fichier dans lequel, on peut vérifier si une empreinte est présente deux fois ou trois fois. On va rassembler ces deux empreintes, on va donner les références, on remonte cette information vers la CENI. Et la CENI confie à son opérateur la mission d’aller consulter la base de données du site en Guinée qui reprend toutes les informations personnelles des individus permettant de les identifier. Nos collègues vont afficher les données textuelles, la photo, les empreintes pour s’assurer que c’est un doublon, une tentative de fraude ou c’est une erreur administrative. Cela peut arriver. La CENI et les autorités prennent des mesures qui seront déterminées lorsqu’on rencontre ce genre de situation. Nous, on s’arrête avant la consultation de la base des données », a conclu le vice président de Zetes. La cérémonie a pris fin par la signature du contrat et l’échange des données.

Source: CENI

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site