La Guinée fortement contaminée par AC, gros porteur de V.I.H.

image001.jpg

Avertissement sanitaire: cet article électroniquement transmissible ne contient aucun virus. Sa lecture intégrale, déjà testée, ne nécessite donc aucune protection particulière.

« Alaye whisky » Condé vient de célébrer le second anniversaire de son accession à la Présidence de la République. Lors de ses discours traditionnels de fin d’année à la «Voix de la Révolution», Sékou Touré, réputé pour sa cruauté, commençait toujours par la formule «une année finit, une année commence» pour souligner un nouvel élan vers un progrès qui, bien entendu, n’arrivait jamais. Pour certains Guinéens, le rêve continuait pendant un moment.

Quant à son héritier AC, tout aussi maléfique, il pourrait dire «une année finie, une année commencée» tant son changement a conduit notre pays sur la pente de la perdition. Pour l'ensemble des Guinéens, le cauchemar se poursuit aujourd'hui.

Quelques compatriotes s’évertuent à faire un bilan de la gestion d’AC. Est-ce vraiment utile lorsqu'il n'y a rien à inscrire à son actif ? Le passéiste Alpha Condé s’active en permanence mais tous ses efforts relèvent du passif. Après une catastrophe, on ne perd pas son temps pour savoir si tel ouvrage a globalement résisté ou est globalement détruit; on se lève pour faire un constat rapide des priorités afin de réparer les dégâts. Les actes d'AC restent totalement négatifs. Ils n'ont et ne seront jamais positifs pour la Guinée.

Un bilan de l’année 2012 ? En se penchant sur ce qu'il faut bien appeler encore un «annus horribilis» d’AC, ceux qui ont tenté de l’établir se sont vite redressés car ils n’ont rien senti de bon. D’autres ont eu la résistance physique de fouiller, aux fins de trouver le moindre élément positif, la poubelle de deux années d'incurie, d'irresponsabilité, de détournements et de crimes commis sous le patronage d'AC. Parmi eux, figure un certain Mamadou Cissé qui a relaté des ratés dans un article accessible sur le web et intitulé : « Deux ans de pouvoir d’AC: les ratés d’un début de quinquennat ». Il l’a fait en deux parties (le passif étant trop lourd à porter en une fois) en répertoriant ce qui a marché et ce qui n’a pas marché. Il aurait dû extraire ce qui a mal boité de ce qui a bien boité car tout boite en Guinée.

Je ne sais pas si Cissé est un RPGiste pur jus (ou simplement à base de jus concentré, pressé à Bissikirima comme un de nos ainés à l'ânerie légendaire) mais j’ai senti chez lui une certaine sincérité et un malaise certain. Son effort est à saluer car il va dans le bon sens. Je lui ferais tout simplement remarquer une petite erreur de ventilation des opérations lorsqu'il a indiqué à l’actif « la volonté d’amélioration du niveau de vie des travailleurs avec l’augmentation envisagée des salaires ». Dans un bilan, on mentionne les faits et non les intentions. Cela dit, les dix points soulignés sont autant de plaies béantes qu’aucun antibiotique ordinaire ne pourrait guérir. Nous devrions écouter ce jeune Cissé, aujourd’hui dépité mais qui pourrait être demain un député.

En revanche, je serai moins tendre à l’égard d'Aboubacar Sylla, porte-parole du Collectif et de l’ADP qui, pour se prémunir du sectarisme ambiant, a cru devoir mettre à l’actif d’AC deux éléments: l’atteinte du point d’achèvement au titre de l’initiative PPTE et le versement du 10ème FED.

J'ai déjà parlé du premier point dans un article en indiquant qu'on a allégé, par jeu d’écritures, une dette qui ne pesait plus sur la Guinée puisqu'elle n'était plus remboursée. Ce pays, mauvais élève en matière de bonne gouvernance, avait atteint mécaniquement le point inévitable, avec ou sans AC! Certains redoublants fatiguent tellement les institutions internationales que ceux-ci les font passer d'office pour se soulager.

Quant au second point, c’est différent (bien qu’il faille ne pas s’en féliciter) car de l'argent a été effectivement débloqué dans le cadre de ce 10ème FED. Il est utile de rappeler que le Fonds Européen de Développement (FED) est pour l’Union Européenne l'instrument principal de l'aide au développement accordée aux Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) ainsi qu'aux pays et territoires d’outre-mer (PTOM). Le traité de Rome de 1957, instituant la CEE avait prévu sa création pour l'octroi d'une aide technique et financière, initialement aux pays africains toujours colonisés à cette époque et avec lesquels certains États comme la France et la Belgique avaient des liens institutionnels. Le 1er FED date d'ailleurs de 1959 et couvre la période allant jusqu’en 1964.

Le 10ème FED, issu de l’Accord de Cotonou, signé le 23 juin 2000 pour une durée de 20 ans et renouvelable tous les 5 ans, couvre la période 2008/2013 et prévoit une enveloppe budgétaire de 22,682 milliards d'euros dont 21,966 milliards sont alloués aux États ACP. La Guinée obtiendra, si tout se passe comme prévu, au total 236 millions d’euros, soit à peine un peu plus de 1% du montant global à ventiler. Pas de quoi pavoiser pour un pays scandaleusement minier !

Cependant, et c’est très utile que les Guinéens le sachent, cette aide est assortie de certaines conditions. En effet, l’Accord précité a, entre autres, une dimension politique forte qui se traduit notamment par la promotion des droits de l'Homme, des principes démocratiques basés sur l'État de droit et de la gestion transparente des affaires publiques. Une innovation du 10e FED est la création des «montants d'incitation», ressources supplémentaires dont les pays peuvent bénéficier s'ils améliorent leur gouvernance (en particulier la gestion de leurs systèmes financiers, fiscaux et juridiques). La Guinée sous Condé ne pourrait jamais prétendre à ce genre de montants.

Pourrait-on logiquement soutenir que la Guinée est un Etat de droit du simple fait d’avoir bénéficié du 10ème FED ? Evidemment, non ! Parce que, tout simplement, une enveloppe budgétaire doit être consommée dans un certain délai afin de pouvoir justifier la reconduction ou l’augmentation de la prochaine. L’UE brasse quotidiennement des sommes colossales et ses Commissaires ne menotteront jamais AC pour ses atteintes aux droits de l’Homme. Pour les hauts fonctionnaires de Bruxelles, pourquoi s’enquiquiner pour moins de 50 millions d’euros par an ?

Donc, avec ou sans AC, la Guinée allait bénéficier du 10ème FED à un moment ou à un autre, d’autant plus que ce FED arrive à échéance en 2013. AC a bien eu à l'usure quelques Eurocrates qui ont fini par débloquer une partie des fonds réservés. Qui ne lâche pas prise lorsqu’il est épuisé? Les Européens n'arrivent pas à appliquer aux Africains la rigueur de la bonne gouvernance qu'ils s'imposent à eux-mêmes. Il ne s'agit pas de mépris ou de condescendance mais de blocages d'ordre diplomatiques. Un pauvre est généralement très susceptible et lorsqu'il s'agit d'un Guinéen, il brandit souvent un orgueil mal placé.

Que dire des deux ans de dictature d'AC? Le constant est consternant.

Ne parlons pas de "deux premières années" d’AC, ce qui laisserait supposer une poursuite de sa politique antinationale mais des "deux ans" de calvaire imposés par un usurpateur installé par fraude. Parler de quinquennat, c'est déjà capituler car AC peut dégager d'un moment à l'autre. Etant méchant sans être bête, il s'est constitué en tant qu' "Empereur des Mines" une fortune colossale. Ce qui intéresse AC, ce ne sont pas les habitants de la Guinée mais les ressources que procure l'exploitation de ses mines. Cet aventurier pourrait même profiter d'une visite à l'étranger pour s'y installer définitivement.

Tout est si amer avec AC qu'à la simple évocation de son nom, on pense, même à l'abri du paludisme, à la quinine et au quinquina.

La Guinée sous Moussa Dadis Camara était fatiguée; avec AC, elle est devenue malade. Elle n’est pas au bord du gouffre, mais dans le gouffre !

En effet, c’est bien Alaye Condé qui l’a contaminée de V.I.H. dont il est le gros porteur!

1°) «V» comme violence

Sous AC, le sang coule en permanence. Ce marxisant adore particulièrement le rouge : vin rouge, huile de palme, sang d’innocents, etc. S’il est violent, c’est qu’il est peureux. Il veut donner la mort avant qu’elle ne le frappe. Personne ne se sent en sécurité en Guinée. Même pas les responsables de sa propre sécurité ! Adhérer au RPG, parti non pas au pouvoir mais parti du pouvoir, n’est plus une protection contre l’assassinat. Les assassins opèrent en plein jour, portent l’uniforme militaire et ne sont jamais inquiétés. A-t-on retrouvé les vrais meurtriers de Mme Boiro ? Non, parce que tout simplement, ils ne sont pas recherchés. L’arrestation d’Alpha Oumar Bah et de Mohamed Sankhon va-t-elle nous éclairer sur l’ « affaire Boiro » ?

2°) «I» comme incompétence

L’Afrique a connu des phénomènes comme El hadj Idi Amin et Bokassa 1er (converti pendant un petit moment à l’Islam, le temps de recevoir des subsides de Kadhafi) mais ce continent n’avait jamais produit un incompétent comme « Alaye Condé ». On avait parlé de sa virginité en matière de gestion. Il vient de la perdre dans ses rapports douloureux avec la Guinée. En effet, il ne s'agit pas d’un mariage habituel puisque chacun connait les conditions de son érection (c’est bien cela) au sommet de l’Etat mais d’un viol permanent des principes de la démocratie. Il fut vierge pour n’avoir rien eu à gérer; il n’est plus vierge puisqu’il gère tout et très mal.

3°) «H» comme haine

AC voue une haine viscérale contre une certaine communauté dont il a marginalisé les membres dans toutes les sphères de son administration et de son armée. Pour lui, il y a une division : cette communauté, d’une part et les autres communautés, d’autre part. Au sein de ces dernières, il a même instauré des subdivisions : la communauté dont il se réclame d’un côté et les autres, de l’autre. Et dire qu’on a rêvé de bâtir une nation !

Récemment, AC s’est attaqué aux Forestiers (à Zowota, à Gueckédou, etc.), ce qui est une curieuse façon de sortir des bois. En brûlant la forêt, traditionnellement protectrice, où cet aventurier qui s’était déguisé en imam à Pinè pourrait-il maintenant se cacher ?

Pour terminer, quelques perles du Net.

Le 21/12/12, un certain Mamadou Mara a écrit un article intitulé : « Les Guinéens et leur Président, Alpha Condé, fêtent ses deux ans au pouvoir … » Il a dit que « …l’obtention du PPTE n’est pas une fin en soi… ». En effet, le Guinéen souffre encore de faim et de soif !

Il a dit aussi : «… la panière de la ménagère n’a profondément pas changé…» puis a parlé du « …retard engrangé dans l’organisation des élections législatives…» avant de conclure par « Comme le disait un journaliste célèbre : A vous la parole !! ».

N’est-il pas marrant, ce Mara ?

Je vous salue et vous adresse mes meilleurs voeux de santé pour 2013!

Ibrahima Kylé Diallo

Responsable du site www.guineeweb.net

I.Kylé Diallo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site