Les manifestations de l'opposition affectent la riposte contre Ebola (Synthèse)

Sans titre 20

Après les manifestations de l'opposition survenues les 13 et 14 avril, Conakry, capitale guinéenne, connaîtrait une nouvelle manifestation lundi, organisée par l'opposition qui veut presser le gouvernement de satisfaire leur demande concernant le calendrier électoral.

Ces actions de l'opposition font craindre que les efforts de riposte contre le virus d'Ebola, qui menace toujours la Guinée, ne soient affectés.

La Coordination nationale de riposte contre Ebola a éprouvé des difficultés pour suivre les contacts (personnes ayant contacté des malades d'Ebola) à cause des manifestations de lundi et mardi derniers.

Une centaine de contacts ont échappé au contrôle durant les deux jours de manifestations, au niveau de Conakry, selon des sources officielles.

Albert Damantang Camara, ministre guinéen de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle et porte-parole du gouvernement, a relevé cette inquiétude relative au coup porté au fonctionnement du "Plan d'urgence sanitaire accéléré" par les troubles provoqués dans la capitale lors des manifestations.

Le président guinéen Alpha Condé, qui est à Washington pour participer aux travaux de Printemps du FMI et de la Banque mondiale, du 16 au 18 avril, a déclaré à la presse qu'il regrette que des manifestations sont organisées en cette période d'épidémie d'Ebola.

"Un appel a été lancé à tout le monde en faveur d'une union sacrée, pour qu'au moment de l'urgence sanitaire, il n'y ait pas de manifestation encore moins de mouvement de foule", a-t-il dit.

Dimanche, une délégation gouvernementale, composée de plusieurs ministres, a rendu visite au chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, en vue d'assurer celui-ci de la volonté du gouvernement de relancer le dialogue politique et de "la possibilité d'évoquer tous les sujets et toutes les préoccupations liées aux différents scrutins".

La Coordination nationale de riposte contre Ebola a pu néanmoins, avec l'appui des partenaires de santé, concentrer son énergie dans la préfecture de Forécariah, située à une centaine de kilomètres de Conakry, non loin des frontières de la Sierra Leone, pour une campagne porte-à-porte qui a permis de dénicher des malades d'Ebola, du 12 au 15 avril.

Selon les autorités, deux nouveaux cas d'Ebola ont été enregistrés dimanche dans la préfecture de Forécariah.

La même opération va être rééditée à Coyah, une préfecture située à 50 km de Conakry, où le virus n'est pas encore vaincue. Il s'agira d'une campagne de "sensibilisation et de détection précoce des cas d'Ebola" dans cette préfecture où la réticence avait rendu difficile l'intervention des agents de santé.

En Guinée où le virus d'Ebola a sévi depuis plus d'un an, le bilan global serait de 3.128 cas confirmés dont 1.939 décès. En ce moment, on compte dans les centres de traitement total de 35 cas, dont 21 confirmés et 14 suspects.

Source:Xinhua

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site