OIF, WAYMARK... le PNR à l'école de la propagande d'Alpha CONDÉ:

diallo-boubacar-barros-09.jpg

Nos deux nouveaux « grands leaders » du Parti National pour le Renouveau, ne vont certainement pas réinventer la roue de la politique Guinéenne, avec cette recette éculée qui consiste à faire le plus de bruit possible même si on ne sait rien de ce dont on parle, mais il faut leur reconnaitre une certaine témérité depuis qu’ils ont chassé leur ancien ami et ministre d’État, Boubacar Barry.

Et on ne peut pas dire qu'ils ne font que parler : MM. Bah Fisher (BF) et Lucien Guilao (LG) ont même réussi, à peine installés à la tête d'un comité de gestion du PNR, à se faire arrêter et libérer par leur « grand Alpha Condé (AC) » avant de profiter de « ses sages conseils » au début du mois d’Août dernier. Autre exploit : pour un parti qui avait été créé sur mesure (en 2009) pour le président de la junte, Dadis Camara, on peut dire que la reconversion en soutien du nouveau président se fait sans vergogne. Est-elle gratuite ? Preuve qu'ils sont inscrits à la bonne école : dans ses nombreux discours devant la presse, M. BF, nous livre toujours des perles si contradictoires qu'elles rappellent AC, leur « grand-maître du grand Kaloum » (pas d'amalgame avec une quelconque Loge Maçonnique, SVP). On reviendra sur les contradictions du PNR !


Parlons d'abord du panafricanisme opportuniste du Pro-faussaire et de ses maîtres créateurs :


On se rappelle qu'AC, ayant vécu presque 60 ans en France, a été élu sous le seau du panafricanisme et de la coopération sud-sud, entre autres théories populistes dont il n’a apparemment jamais compris l'essence. Président, ses premières décisions importantes furent d'attribuer le port autonome de Conakry à son ami Bolloré, de France ; de bazarder Simandou au groupe Rio Tinto, d’Australie (il a dû croire que ce pays étant au sud de l'Afrique, il n'y aurait pas de contradictions à son sud-sudisme); aux sages des coordinations régionales avec lesquelles il se vantait d'avoir signé des alliances pendant les présidentielles, AC le « président- panafricaniste-mendiant » préfère ses sages du Nord qui dirigent désormais les coordonnées régionales de ses multiples voyages à l'étranger .On peut citer :

 

  • Elhadj Bernard Kouchner son « copain-jumeau », le bénévole qui est logé, nourrit, soûlé, et bien protégé par l'armée (les mauvaises langues disent qu'il est mieux gardé que la première dame, à Conakry) aux frais du « contribuable guinéen », qui disait récemment : «...pour nous, Alpha, représentait quelque chose, la FEANF représentait quelque chose. Et quand il a mis à son investiture, le slogan de la FEANF, il y avait que lui et moi qui comprenons le sens (rires). Les vieux chefs d’État étaient à la FEANF aussi...» (Un Français, seul dans « le secret » d'un chef d'indépendantistes africains, rien de nouveau donc). Pas surprenant que seul AC parle encore de cette fainéante FEANF (c'est tout ce qu'il peut mettre dans son CV) dont les résultats sur le terrain restent à démontrer à cause de l'infiltration dont elle a très tôt fait l'objet par des individus comme Kouchner, ses anciens camarades qui occupent (ou ont occupé) de sérieux emplois ou fonctions doivent avoir honte « du secret » pour en parler. Si le journaliste avait demandé à Kouchner : NOUS, c'est qui? je parie une tonne de bauxite qu'il aurait répondu « la France ». Et qu'est ce que la FEANF d'AC représentait pour NOUS ? Shut ! Pas de théorie du complot.
  • Karamokho Georges Soros le milliardaire qui n’aime pas gratuitement AC, au point de chercher l’amitié et des garanties auprès de son principal opposant (Cellou Dalein Diallo);
  • Thierno Tony Blair redevenu simple citoyen qui voudrait « gratuitement» offrir à l’Afrique ce qu’il n’a pas pu lui apporter quand il était premier ministre britannique.
  • N'Tara Abdou Diouf, l’Africain bon teint chargé de vendre la France à ses frères,
  • Tiens, le Joker, Al Waliou Walter Heining, propriétaire de Palladino, le sage qui avait prédit la victoire de son protégé au point de lui prêter 25 millions de $, qui devraient plus tard valoir de grosses parts dans les entreprises minières, est le seul sud-sudiste parmi les sages d'Alpha et « malheureusement » le seul à être tombé en disgrâce après avoir dévoilé « le secret » qui les liait.

Récemment, AC a dû renier Sékou Touré, dont il voulait tellement reprendre l'œuvre qu'il a promis de ramener la Guinée une génération en arrière. Cela n'a pas dû être du goût de ses maîtres qui sont plutôt pour le progrès et la croissance, porteuses de dividendes. Après avoir apprécié les nouvelles méthodes de travail qu'on lui a imposées, il s'est repenti de son péché d'idolâtrie panafricaniste en présence de TB (spécialement venu du nord pour l'occasion), en ces termes: « On vous dit : Sékou Touré recevait tout le monde, il écoutait tout le monde. C’est pourquoi il est resté vingt cinq ans au pouvoir ». Je dis oui, c’est pourquoi il n’a pas pu travailler, il n’a pas pu développer le pays... Et surtout, il (Tony Blair) m’a fait comprendre que c’est bien d’avoir une vision. Mais ce qui est important, c’est de mettre cette vision en pratique... Quand je dis qu’il faut rendre la ville propre, ... il faut que moi-même j’aille sur le terrain. Que j’ai une équipe sur le terrain. Voilà un peu ce qu’il m’apporte. Il n’a rien à avoir avec les sociétés minières.

Ces conseils reçus entre le 29 et 30 Juillet, ont été suivi à la lettre car à peine TTB rembarquait dans son avion que 5 révolutionnaires de la même famille qui exigeaient de se faire payer avant de se faire exploiter et voler leurs richesses, se faisaient assassiner (nettoyer) à Zowota dans la nuit du 3 au 4 Aout à 1h du matin. AC avait prévenu que « le président (sic!! Plutôt PM) Tony Blair n’a pas à s’occuper des contrats miniers...son problème c'est comment nous aider à avoir une meilleure capacité de négociation ». Mission accomplie avec « l'exemple » de Zowota, désormais toutes les minières savent qu'en Guinée personne n'osera s'attaquer à leurs installations. C'est sans surprise que le lendemain de ce massacre le gouvernement ne déplorait que la destruction des installations de la brésilienne VALE et martelait « respect de l'autorité de l'état » en réponse aux accusations d'assassinat. Un argument de taille à mettre sur la table de négociation donc : la « sécurité des investisseurs étrangers et de leurs biens » est assurée. AC n'a pas manqué de le rappeler à la fête de notre indépendance le 2 octobre dernier à Boké, en oubliant Sékou Touré, les compagnons et nombreux pères de notre indépendance ainsi que nos martyrs. Logiquement tous les PDGistes, nationalistes-indépendantistes, qui ont soutenu AC parce qu'il leur promettait de reprendre l'œuvre d'AST devraient se dissocier de sa politique, mais en Guinée il y a une autre logique à la logique elle-même. Passons!


La communication propagandiste : le mensonge et la contradiction:


Puisque c'est TTB qui est aussi chargé « de mieux présenter la Guinée à l’extérieur » (selon AC lui même), l'affaire de Zowota n'intéressera personne à l'étranger, aucun so called friend de la du peuple guinéen ne s'en indigne, aucune presse étrangère n'en parle, comme lorsqu' AC est entré en prison. D' abord, ils ont voulu recycler la technique qu'Elhadj Kouchner qui, de sa France natale (ou de la présidence guinéenne) avait constaté que les manifestants qui se font assassiner à Conakry étaient armés de mitrailleuses. Seul problème dans le cas de Zowota il fallait expliquer l'heure de l'assassinat qui ne correspondait à aucune manifestation. Ils durent opter pour le silence interactif comme celui que Martine Condé du CNC inflige aux médias guinéens : se taire et faire taire !


Pour mieux vendre son maître au peuple (c'est sa principale mission) AC dit : «quand j’étais en Malaisie, j’ai vu ce qu’il (TB) a apporté là-bas dans la réflexion, la programmation et pour l’avancée du pays. Les Malais même m’ont parlé de cela...» Gros mensonge ! Le boom économique Malais a débuté bien avant que TB ne songe même à devenir PM d'Angleterre. Ensuite on s'étonne que les Malaisiens soient aussi tendres envers ce dernier car c'est dans leur pays qu'il a été, avec Georges W. Bush, condamné par le Tribunal des Crimes de Guerre de Kuala Lumpur en 2011, pour l'invasion mensongère de l'IRAK de Saddam Hussein auquel ils reprochaient de détenir des armes alors qu'ils ne voulaient que son pétrole. Ce n'est donc pas la première fois qu'il ment et fait tuer un peuple avant de confisquer ses ressources naturelles. Après tout, selon AC lui-même, une des raisons pour lesquelles il (TB) a fait de la Guinée un de ses choix...c’est que la Guinée est l’un des pays africains qui a réellement les possibilités de devenir rapidement un pays émergent. Parce que nous avons des ressources minières mais, nous avons aussi une grande capacité agricole ». Amen! Là on comprend mieux les motivations de Blair : il faut que la Guinée redevienne vite un pays capable de verser de généreuses contributions à sa fondation afin qu'il aille exploiter un autre pays. On n'est pas très loin des retro-commissions et peut-être des raisons de l'atteinte du point d'achèvement de l'IPPTE.


Mais avant tout ça, pour donner un peu de crédibilité au panafricanisme d'AC on a fait circuler 2 vidéos propagandistes. Dans l'une, présentée comme une fuite de palais présidentiel, on voit le roitelet-nègre, autour d'un diner bien arrosé, traiter son copain-jumeau blanc, Kouchner, « de mauvais coucheur » et l'engueuler un peu avant de lui refiler le téléphone pour que ce dernier donne ses instructions à un ministre de la République de Guinée (péché impossible en France, mais rien ne choque la fierté du Guinéen). Pourtant, le cameraman qui a filmé le « diner de cons » à la présidence n'est pas difficile à identifier. Qui a intérêt à publier cette vidéo au risque de se faire nettoyer ? Dans l'autre vidéo, plus ancienne, on le voit dans une conférence, toujours en compagnie de son copain, remonté contre les occidentaux qui soutiennent les dictateurs africains. Paradoxalement, la plupart de ces derniers sont/étaient « ses propres amis » : il faisait la cour à Kadhafi le Libyen, bénéficiait du soutien de Blaise Compaoré du Burkina Faso, des Bongo du Gabon, D'Obiang Nguéma de la Guinée-Équatoriale dont le fils est réputé très proche d'AC fils (il parait que c'est désormais aux States que le premier fait découvrir au nouveau le bonheur d'être fils de président avec quelques millions de $, vu que Paris ne veut plus « d'officiel argent sale de rejetons présidentiels africains ». Il serait bien que la presse non-alimentaire s'y intéresse). Le point commun (et le subterfuge) entre ces deux publicités, que les médias se relaient sans se faire payer, est qu'on nous présente un AC marxiste-panafricaniste parlant à ses maîtres d'égal à égal. On reviendra sur la communication propagandiste et la manière dont il se sert des médias, même ceux qui lui sont hostiles.

Retour au PNR et son apprentissage de la propagande contradictoire : Le panafricanisme à deux centimes et la coopération sud-sud.


C'est dans la dernière conférence de presse du PNR que M. Bah Fisher (BF) montre les premiers symptômes des futures répercussions de « l'héritage idéologique » d'Alpha Condé. Il y étale toute l'étendue du savoir reçu directement du « grand-maître » des contradictions. Lisez plutôt sa démonstration:


«Le problème qui est là, c'est que la Sagem est du Nord (Europe) et Waymark du Sud(Afrique)... L’OIF (l'organisation internationale de la francophonie) demande à la SAGEM le transfert des donnés à Waymark. Est-ce que s’il y a 100 000 donnés, elle les transfèrera tous à la SAGEM ? C’est ce qui reste à savoir…Mais la SAGEM est de mauvaise foi parce que la réussite de Waymark représente pour elle, son décès en Afrique. Vu la coopération sud-sud qui est maintenant un concept…SAGEM qui a le monopole des élections fera tout pour boycotter Waymark qui est en émergence... Donc, il faut discréditer la société africaine parce qu'on ne veut pas de l’émergence de l'Afrique. Et nous au PNR, nous sommes africanistes, on lutte pour le panafricanisme ».


Monsieur a dû croire que l’OIF est une Organisation d'Africains de France à l’instar de la FEANF autrefois dirigée par son maître, au bord de la Seine. Il n'a pas tout à fait tord, mais passons ! Dans l'Article 1 de sa Charte disponible sur le site de l'OIF on peut lire: « La Francophonie respecte la souveraineté des États, leurs langues et leurs cultures. Elle observe la plus stricte neutralité dans les questions de politique intérieure ». Il serait bien qu'un jour BF, pour marquer le « renouveau », demande à N'Tara Abdou Diouf d'expliciter cet article. Notre néo-panafricaniste sait-il que l'OIF n'oserait jamais se mêler de politique en général, et d'élections en particulier en France, au Québec, en Suisse ou en Belgique ? Lorsqu'elle y est c'est pour des conférences culturelles, des spectacles et autres réjouissances à la gloire de la langue française. Elle se ferait mettre dehors dès qu'elle prononcerait les mots élections ou politique. Mais à qui fait-on la leçon? Aux panafricanistes !


BF devrait savoir que cette organisation n'est pas une association Mandén-Dix, qui complèterait la famille Fou, Pou et Tan (ceci n’est pas un cri de Taekwondo même si le ton s’y rapproche, il s’agit toujours de dix en 3 dialectes différents). Encore moins une « traitresse » FaranciDjallon qu'il pourrait éventuellement diriger. Pour s'en convaincre, il devrait lire les Objectifs et la Mission de l'OIF : outre le fait qu'il y est écrit « l’instauration et le développement de la démocratie » comme son premier objectif, ce n' est pas par pur hasard que sa première mission est : « promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique ». Preuve de promotion de la diversité linguistique : le Malien s'exprime en Français sur TV5 et doit Aimer Les Mots de Molière et Larousse s'il veut vendre son émission. Au 21eme siècle, et après les excès de la françafrique, on ne peut plus envoyer un René Caillé redécouvrir un autre Rio ou un missionnaire civiliser des nègres, encore moins un chef de comptoir nous offrir des pacotilles en échange de nos richesses. Il faut être prudent de nos jours : lorsque Bernard Kouchner se rend en Guinée, il ne doit pas dire qu’il est au service de sa patrie, la France, ou de ses propres poches comme au Gabon (qu'il a facturé des millions de $ pour un bout de papier alors qu'il était sponsorisé par des entreprises françaises: bouffer à tous les râteliers, le PNR doit en savoir quelque chose pour ne pas se faire blaguer de la sorte), officiellement c'est pour soutenir son frère jumeau de président et bâtir « gratuitement » un hôpital Mère-Enfant dont le financement a causé quelques soucis au « mécène-bénévole-docteur ». Mais, peut-on offrir ce qu'on n'a pas? Trouvez donc le changement...à Coronthie !


M. Guilao, « l'économiste », devrait pouvoir expliquer à son ami et collègue, panafricaniste qui s'exprime en français, que lorsqu' on veut vendre un pays (ses produits), on vend d'abord sa culture (sa langue). Et Qui, pour mieux vendre la France à l'Afrique en 2012 ? Comme agent commercial, elle nous envoie le Sénégalais Abdou Diouf, ancien président et toujours influent sur ses vieux camarade, capable de nous vendre dans un seul discours que « Le français est une chance » (normal, le Ouolof est invendable aux Français). C'est le secret de sa longévité au sommet de l'OIF. Ce n'est donc pas par ignorance que Paul Kagamé, pour réagir à l'émission de mandats d'arrêt français contre des officiels Rwandais, a retiré son pays de la francophonie; c'est aux intérêts de la France qu'il a voulu s'attaquer et non à l'Afrique française et ce n'est pas par hasard que la nouvelle mission de Diouf consiste à ramener Kagamé à la consommation francophonique: la France ne peut pas, économiquement, se permettre de perdre un de ses petits Africains, surtout pas un modèle de réussite comme le Rwanda.


Ceci dit, pour le Renouveau du Panafricanisme Nationaliste en Guinée, et pour marquer avec crédibilité « leur lutte » les leaders du Parti National pour le Renouveau oseraient-ils poser des questions à AC et ses nouveaux maîtres de la Guinée ? Demander à Kouchner qu' est-ce qu'il fabrique à Sékoutouréya qu'aucun nègre ne peut se permettre à l'Élysée ? À Blair, pourquoi l'affaire Zowota ne l'émeut pas ? Demander Abdou Diouf de retirer le nez de sa francophonie dans nos « sélections ». Ou alors, se cherchent-ils (PNR) leurs propres maitres (BSGR) en imitant leur superviseur AC dont ils bénéficient déjà des conseils ? On en reparlera !


Affaire à suivre donc, M. Bah Fisher, on reste ensemble jusqu'à....2020. Ce texte, c'est pour qu'on se souvienne de votre parcours politique. Inch' Allah !


PS: Petit clin d'œil à un rat de palais que je ne nommerais (pas de publicité gratuite) ; Merci de t'être assuré qu'Alphonse lit «l'homme» et internet. Bravo ! L'enfant de BC qui a «bouche déchirée jusqu'à Siguiri KA» remettra ça bientôt avec ses injures « façon Poisson pourrit »...Alphonse insulte bien nos parents à longueur de discours, on ne fait que lui renvoyer son éducation ...So Stay tuned my Liberian brother !

Le 07 Octobre 2012

Boubacar Barros Diallo

Un « Guinéen de l'étranger, enfant de l'AXE du Mal, secteur Bambéto-Cosa ».

Boubacar Barros Diallo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×