La Protection Civile de Guinée prépare l’après Ebola avec la coopération française

411514290

Aux Universités de la Défense, Jean-Pierre Raffarin a visité hier matin l'ex-CTS de Guinée rapatrié il y a quelques semaines. Sur place en Guinée, la situation est plutôt satisfaisante. Pas de cas confirmé actuellement, dans le pays.

 Selon des sources françaises à Conakry, depuis le début de l’épidémie jusqu’à la date du 6 septembre 2015, le total des cas déclarés en Guinée est de 3 792 cas dont 2 530 décès (67%). Sur ces cas, on distingue les 3 338 cas confirmés dont 2 078 décès (62%), et les 452 cas probables dont 452 décès (décès communautaires non sécurisés avec lien épidémiologique) et 2 cas suspects (en attente de résultat biologique).

La vigilance reste de mise cependant et la formation des unités locales de protection civile se poursuit. Entre le 6 et le 13 septembre, un détachement de cinq formateurs de l’UIISC 1 a formé à Kafiliya (à 140 km de Conakry) cent agents des Unités de Protection civile guinéens à la prise en charge et au transport de personnes souffrant de maladie contagieuse.

Cette mission s’inscrivait dans le cadre du projet PREPARE, appuyé par la France et l’Union européenne, qui consiste à installer dans chacune des huit régions administratives de Guinée (y compris Conakry), une équipe régionale d’alerte et de riposte aux épidémies (ERARE). 

En appui de ce projet, la Direction Générale de la Protection Civile de Guinée a décidé, avec l’aide de la Coopération française, de mettre en place 8 équipes de 10 hommes disposant chacune d’un véhicule afin de pouvoir aller chercher rapidement sur n’importe quel point du territoire toute personne manifestant les symptôme d’une maladie contagieuse et de les acheminer vers une structure de santé. 16 conducteurs avaient déjà été formés début septembre par des spécialistes de la BSPP à l’utilisation des camions Unimog qui serviront au transport des malades. Ils avaient rejoint le reste des agents des UPC qui viennent d’être formés à la prise en charge d’un patient contagieux par les spécialistes de l’UIISC 1.

L’UIISC 1 est particulièrement impliquée dans ce projet car c’est déjà elle qui avait formé les 200 hommes des UPC en octobre-décembre 2014 et qui avait lancé le projet PREPARE au premier semestre 2015.

Source: Ouest-France

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×