SIMANDOU: la sté BSRG et le gouvernement guinéen s'accusent reciproquement de corruption

imagescayakzju.jpg

Selon le gouvernement d’Alpha Condé, c’est en corrompant pour 2 millions de dollars l'une des femmes de l'ancien président guinéen Lansana Conté, que la compagnie BSRG, appartenant au milliardaire israélien Beny Steinmetz (photo), aurait décroché, dans les années 2000, la licence d'exploitation du gigantesque gisement de fer de Simandou dans le sud de la Guinée-Conakry.

Mais, après un investissement de 160 millions de dollars, une somme modeste en regard de l’enjeu, l’homme d’affaire israélien a, quelques années plus tard, cédé 51% des droits de cette licence à la compagnie brésilienne Vale pour 2,5 milliards de dollars… Une plus value considérable que n’a jamais digérée Alpha Condé, le successeur de Lansana Conté.

Naturellement, la compagnie BSGR réfute ces accusations. Jeudi, dans un communiqué, elle retourne ces accusations contre le gouvernement d'Alpha Condé qu’elle juge « corrompu et désireux de remettre les droits d'exploitation à l'Afrique du Sud ».

En attendant, le conflit bat son plein : fin avril dernier des cadres dirigeants de BSGR Guinée ont été arrêtés pour être finalement entendus comme « témoins clé ». Une semaine plus tôt Frédéric Cilins, qui se présentait comme représentant de la société BSGR, avait été placé en détention par les autorités américaines.

Source: Agence Ecofin

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×