Foulanah, l’homme qui ne savait pas…

balde-amadou-oury-3-01.jpg

Lorsque j’étais jeune collégien, il ya de cela quelques années, on nous racontait beaucoup d’histoires à l’école, en cours d’arabe. Parmi la dizaine de matières qu’on nous enseignait, l’arabe figurait en séance hebdomadaire obligatoire, plutôt tourné vers l’apprentissage du vocabulaire et de la lecture qu’un cours religieux sur l’islam. Et cela se passait quand Mohamed, l’ainé des élèves, si je puis l’appelé ainsi, suppléait Mohlim, le professeur titulaire. Ce n’était pas fréquent, mais il arrivait de temps à autres que Mohlim ne soit pas présent et que le véritable maitre de séance soit Mohamed.

Ce moment, nous l’affectionnions particulièrement, mes petits camarades de classe et moi. Mohamed n’était pas un enseignant vacataire .Il était juste un élève en classe supérieure, plus âgé que nous, brillant en arabe avec une calligraphie esthétique et de grandes qualités de footballeur, que Mohlim réquisitionnait à chaque fois pour tenir la classe à ses moments d’indisponibilité .C’est pourquoi j’appelle Mohamed l’ainé des élèves.

Nous aimions aussi être en compagnie de Mohamed pour le plus de liberté que nous avions avec lui, que l’atmosphère grave et studieuse avec Mohlim. Mais si Mohamed, l’ainé des élèves, n’était pas infernal, ce n’était tout de même pas sans autorité qu’il gérait brillamment son intérim.

De toute façon, concomitamment à Sow reggae, l’hargneux suppléant du surveillant général vacuole, ‘’vaqui ‘’pour le diminutif du sobriquet moqueur des élèves, qui ne s’empêchait pas de fouiner instantanément son nez dans les salles de classe même les plus endormies, Lanzi, le chef de ma classe, ne se faisait pas prier pour assurer systématiquement l’ordre à la moindre absence d’un enseignement.

La liste des bavards et des perturbateurs que dressait Lanzi des ses yeux inquisiteurs de fin limier, pouvait souvent être remise au professeur principal de la promotion qui était M Louis Sow pour nous , ou Mme Binta pour la promotion en dessous, ou M Bakary Sacko, le prof de français, pour d’autres. Les indociles étaient réquisitionnés plus tard à des travaux d’entretien ou à domicile, au besoin, chez les différents professeurs du collège, après les heures de cours. Mal leur prenaient, si l’affaire atteignait le principal du collège, M Cécé Jacques Monémou. Beh alors …Ils pouvaient sérieusement se retrouver dans de sales draps. Les malheureux condisciples se voyaient leurs parents convoqués, blâmés publiquement devant tous les élèves du collèges au tour de la solennelle montée du mât où M Cécé Jacques, le principal, trônait en maître chaque matin ,y allant de ses discours, mises au point, rappel de dates d’examen , annonces, et autres infos en tous genres.

Il fallait mieux surtout être sage et éviter toute bévue au cours de la montée du mât, pour ne pas être la risée du collège. Ce qui pouvait vous rattraper jusqu’en ville, après la classe.

Dans une langue soussou poétiquement captivante (nous étions sensés être en cours d’arabe !) Mohamed nous subjuguait par son talent de conteur homérique, de son répertoire d’épopées, de fables, de légendes, et d’histoires aussi riches que variées. De ce répertoire animalier, d’aventures et de personnages hauts en couleur, il existait une histoire que nous prisions plus particulièrement. C’est celle de Foulanah...

L’histoire de Foulanah, celle qu’il se plaisait à conter à chaque fois, adaptant les intonations aux péripéties de l’intrigue, incarnant jusqu’à la fusion totale avec le drame, semblait être aussi la préférée de Mohamed. Tant il savait la conter avec brio, quand Mohamed entrait en scène, l’ainé des élèves se muait en tribun virtuose dominant tout le décor qui n’avait d’yeux que pour lui comme par envoûtement .Qu’elle nous fît contée tous les jours par Mohamed, nous ne nous serions pas lassés de l’entendre, encore et encore, au point qu’aujourd’hui je m’en souviens encore.

Je vais vous la raconter à mon tour, probablement pas avec la même maestria que Mohamed : il existait autrefois un homme qui avait un très petit cerveau, un cerveau si minuscule qu’il lui était impossible de retenir quoique ce soit, à plus forte raison envisager s’instruire. Et cet homme appelé Foulanah voulait à tout prix devenir imam... Je me souviens pas que Mohamed nous ait dit quand et dans quel pays avait vécu le héros du récit, et pas non plus que nous ayons eu, mes camarades et moi, la curiosité de le lui demander, tellement nous étions absorbés et fascinés à la fois par le captivant récit que nous narrait Mohamed, l’ainé des élèves.

Malgré le handicap de son cerveau de moineau, Foulanah tenait comme à la prunelle de ses yeux à son rêve d’être imam. Mais comme on peut le deviner, la fonction d’imam requiert un bon savoir en sciences islamiques acquises à force d’études qui, à priori, n’étaient pas accessibles à Foulanah du fait de ses capacités intellectuelles extrêmement limitées. Plus par envie que par moyen, Foulanah s’obstinait en vain à essayer d’apprendre, multipliant la fréquentation des différentes écoles du pays, indifférent aux sarcasmes les plus ravageurs, jusqu’à finir par faire le tour de tous les maitres du pays, sans cesser d’être davantage hermétique à tout savoir.

Las, mais sans jamais se départir de sa persévérance et de sa bonne foi, espérant trouver meilleur précepteur à l’étranger, Foulanah , en quête de savoir, s’exila pendant de longues années.

Aussitôt revenu de son infructueux voyage d’études à l’étranger, plus imperméable au savoir que jamais, sans même qu’il ait eu le temps de refuser, ou de dire quoi que ce soit, le bonhomme se fît tout de suite nommer imam de la ville qui ne pouvait douter que le nouveau revenant ne soit pas versé en religion.

Et comme tout imam était commis à diriger la prière, il fallait que Foulanah dirigeât les prières du milieu et celles du coucher du soleil qui correspondaient juste au moment de son retour au pays .L’imam ignare, en dépit de son inculture forcenée, mît quand même du cœur à l’ouvrage pour diriger les deux (2) prières , mimant de lire le coran qu’il ne connaissait absolument pas .La discrétion dans la lecture qu’offre ces deux (2)prières islamiques permit à Foulanah de sauver momentanément la face. En effet, dans la religion musulmane, les premières du milieu (zouhr) et du coucher coucher de soleil (asr) sont les seules qu’on ne fait pas en lisant à voix élevée les versets du coran.

La prière du soir n’était pas loin, Foulanah était apparemment loin d’être tiré d’affaire...Au magrib (prière du crépuscule) la tradition islamique se veut qu’on récite à haute et intelligible voix le coran. Et aucune excuse n’était valable pour que Foulanah se dérobât de l’office du soir et du suivant.

Le déshonneur pour l’imam imposteur Foulanah ne pouvait égaler que l’affront subi par la ville pour avoir désigné, sans s’en apercevoir, un inculte comme guide spirituel. Et dans cette situation, le pire pouvait arriver et au pseudo-imam, et à toute la ville qui passerait pour la bourrasque à mille lieux à la ronde.

L’heure fatale vint ! Foulanah, imam inculte à diriger une prière solennelle, après moult années d’études qui ont plus fait l’effet de renforcer son ignorance , en tête au mimbar , fidèles pieusement alignés derrière , n’attendant que d’être guidés dans l’adoration d’Allah ….

Le muezzin entonne l’appel à la prière, et celle-ci commence... Miracle ! A l’instant même où il fallait prononcer le premier syntagme de la prière, en un éclair, Dieu envoya un ange qui psalmodia de manière éblouissante les versets du coran à la place de Foulanah, si bien qu’on ne pouvait pas se douter que le recitateur ne fût personne d’autre que Foulanah.

La prière terminée, fortement émus, les fidèles s’empressèrent de congratuler leur nouvel imam, et de rendre grâce à Dieu de leur avoir donné un guide spirituel si érudit.

Par la suite, des anges sur ordre divin visitèrent régulièrement Foulanah pour lui apprendre toutes sortes de savoirs religieux. Et Foulanah devint un érudit connu et respecté dans tout le pays et au-delà.

Ainsi donc, à cause de son infaillible bonne foi et de sa persévérance dans la noble cause, Dieu Tout -puissant, épargna à Foulanah l’opprobre, et octroya à la ville un grand théologien fort éclairé et docte. Preuve de la mansuétude du Seigneur.

La morale de l’histoire ramène à la sagesse de Socrate : celui qui sait qu’il ne sait pas, faisant montre de bienveillance dans son ignorance, peut savoir. Ou la bonne foi vaut fortune.

Nos affaires bien rangées après l’épique prestation de Mohamed, l’appel du retour sonnait plus prégnant à l’heure où le soleil darde ses rayons les plus chauds, inondant la nature d’une profusion de clarté torride qui obligeait les hommes à rester à l’ombre. Même Kossoroh alors, une sorte de refuge boisée pour faiseurs de l’école buissonnière aux alentours de notre collège, arrosée par un cours d’eau sillonnant les escarpements du mont kakoulima depuis sa crête, se vidait de ses derniers visiteurs : souvent des femmes avec de grandes lessives flanquées de leurs marmots. Les caïds que recelait notre collège et tourtereaux brûlants d’idylles amoureuses, s’en trouvaient partis depuis, prenant le « train de 10heures ».

En file indienne, ma bande de copains hilarants (Avocat, Sidy, Abega, Rossy, Caréca, Sankaranka, et une bonne partie de la marmaille devant rallier le Nord) prenait d’assaut les bas sentiers aux pieds du Mont Kakoulima, impavide sous le reflet obombré de l’énorme force de la nature brandissant son gigantisme timoré de Goliath mal résigné au dessus de nos frêles têtes .

Bijou et les filles, chignon dans le vent, se lançaient à travers les dédales escarpés de claudiyah pour rallier la ville, laissant Kesso et Djénab à peine aux portes du collège, ou préférant longer le grand champ pour cheminer, en flâneuses ravissantes pareilles à des roses étincelantes au gré du soleil de midi, le long de la nationale que Sylla Yalosse enjambait hâtivement pour rejoindre son centre préféré. Mantilé, Yayé et les autres devaient pousser plus loin jusqu’à la lisière de la forêt.

Par bandes bruyantes promptes à marauder les vergers au passage, les kakis, libérés du carcan des cours et de la tyrannie de« vacuole » et de ses deux (2) acolytes M Sylla et Sow reggae, essaimaient dans tous les sens. Chahuts et dragues, programmes de la soirée étaient au menu du parcours. Progressivement, tout au long de la procession gaie et animée, la ribambelle se rétrécissait à l’approche des demeures, jusqu’à n’en rester aucun, comme un school bus se vidant de ses passagers à chaque arrêt.

L’après midi venu, je m’empressais de retrouver la fille qui me faisait tourner la tête, pour une ballade ou un film indou au cinéma de la gare-routière ou chez les libanais à sambayah, si ce n’était pas une partie de football à boundès, ou à applaudir au grand champ la bande à De la montagne, René, Zico, kazah, les footballeurs de l’équipe de la ville.

La soirée s’annonçait encore plus prometteuse avec toujours un bal à kinssy, au Village, au Baobab, ou à la Marianne, ou quelque part ailleurs. Il y avait toujours un motif de s’attarder avant aux veillées fort animées autour des étals marchands qui envahissent le four, chez les jumelles Adama et Hawa, ou en compagnie de Capi, au centre ville. Cet endroit, unique point à être éclairé quand toute la ville était plongée dans le noir, justifiait amplement son statut de centre névralgique de la ville. Il en constituait le creuset lumineux et salutaire- pour nous acteurs du monde de la nuit et pour toute la cité.

Telles des lucioles nous scintillions dans le noir, en quête de réjouissance, à la lumière des vicissitudes de notre insouciante adolescence par ces nuits étoilées.

O douce et tendre jeunesse comme tu me manques !

Bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous. Mes meilleurs vœux pour 2013.

Oury Baldé

Oury Baldé

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×